Les secrets d’une détox réussie

L’été approche à très grands pas et les articles et les propositions de SUPER DÉTOX fleurissent chaque jour.

Oui mais voilà, sous cette multitude de propositions, au milieu d’un vocabulaire pas toujours évident, et sans grande compréhension du sujet dont on parle, il est parfois bien difficile de s’y retrouver.

Je vous propose donc grâce à cet article de découvrir : 

  • Pourquoi de nos jours notre organisme a souvent besoin de ce coup de pouce ?
  • Le vocabulaire et les notions de base pour bien comprendre ce processus détox.
  • Comment savoir si vous avez besoin d’une détox ?
  • Et enfin les secrets d’une détox réussie.

Pourquoi de nos jours notre organisme a souvent besoin de ce coup de pouce ? 

Notre organisme, un Pro de la Détox !

Notre organisme, machine extraordinaire, est parfaitement outillé pour s’auto-protéger et s’auto-nettoyer, faisant de lui un Pro de la Détox.

Tout en lui a été conçu pour opérer un nettoyage parfait au fil de son fonctionnement, pour autant qu’on le laisse faire son travail dans de bonnes conditions.

Tout en lui (ou presque) est conçu pour qu’une auto-protection et un auto-nettoyage d’effectuent quotidiennement.

Le nez (avec poils et mucus), les yeux (avec les larmes), la peau (avec ses glandes sébacées et sudoripares ), la toux (système mécanique imparable d’élimination des indésirables), le systèmes urinaire, circulatoire, digestif, respiratoire, sans parler du sommeil (période essentielle durant laquelle s’opère un grand nettoyage), en bref un Pro de la Détox ! 

Oui MAIS… 

Mais alors pourquoi une détox ?

Notre organisme est en effet une machine extraordinaire avec un fonctionnement des plus complexes et des plus efficaces en terme de protection et de nettoyage, MAIS SI ET SEULEMENT SI  nous le laissons faire son travail sans encombres et s’il est plongé dans un environnement proche de sa nature profonde.

Malheureusement nos vies modernes et nos rythmes effrénés ne lui permettent pas de vivre ces conditions adéquates à son parfait fonctionnement et c’est bien là tout le problème.

Le manque de sommeil, la nourriture industrielle, les polluants, additifs, la pollution de l’air, le stress…bref cette belle machine aussi efficace soit elle s’enraye, les déchets s’accumulent laissant un terrain idéal à l’apparition des maladies.

Rassurez vous rien est perdu !!!

Si nos modes de vie sont responsables pour grande partie de ces dysfonctionnements, c’est logiquement par la correction de ces mêmes modes de vie que nous allons pouvoir aider notre organisme à retrouver les conditions favorables à son rétablissement.

Petit ou grand coup de pouce, c’est ce que vous pouvez lui apporter en opérant une détox bien conduite et bien maîtrisée.

Mais pour cela il est nécessaire d’en comprendre ce dont on parle.

Le vocabulaire et les notions de base pour bien comprendre ce processus détox.

Que signifie le terme Détox ?

Le mot Détox est une contraction du terme DÉTOXIFICATION.

Quelles sont alors les différences entre détoxination, détoxication ou détoxification ?

Ces termes sont malheureusement souvent mal employés ce qui contribue à la confusion sur le sujet.

La détoxINATION est l’élimination des toxines produites par l’organisme, les déchets métaboliques, comme par exemple l’urée, l’acide pyruvique, acide urique etc…

La détoxICATION est l’élimination des substances toxiques présente dans notre organisme comme par exemple les métaux lourds, les pesticides, les additifs, les polluants, les médicaments etc…

Enfin, la détoxIFICATION couramment nommée DÉTOX est le processus qui vise à éliminer ces deux types de substances (toxines et toxiques) en excès dans notre organisme faute d’élimination naturelle suffisante, c’est ce que nous verrons plus loin en détail.

Un peu de vocabulaire et d’information pour devenir une(un) Pro de la  Détox !

Pour devenir une Pro de la Détox  il faut commencer par le commencement, comprendre le vocabulaire et les informations de base sur le sujet, sans quoi la suite risque de vous apparaitre bien confuse.

Les Toxines  

Attention le terme toxine est souvent employé comme terme générique pour parler de deux types de déchets : les toxines endogènes et les toxique exogènes, ce qui là encore peut créer une confusion.

Les toxines endogènes :  

Les toxines, ou toxines endogènes (issue de notre propre organisme). Ce sont les résidus de l’activité cellulaire et les déchets issus de la dégradation des substances nutritives (déchets métaboliques), ce sont en gros les déchets ménagés de l’organisme. Comme par exemple : l’urée, l’acide pyruvique, l’acide urique etc… Ces déchets sont normaux mais ils doivent être éliminés car en excès ils saturent les organes d’élimination et ils encrassent l’organisme. 

Ces toxines peuvent être classées en deux catégories : 

Les colles (substances sans forme, visqueuses, gluantes, épaisses, élastiques…) elles peuvent entraver la circulation des liquides corporels (sang, lymphe, liquide intra et extra cellulaire). D’origine lipidique (cholestérol et graisse saturée), glucidique (résidus d’amidon)  cellulaire (cellules mortes issues du renouvellement cellulaire) elles peuvent boucher les vaisseaux sanguins, encombrer les voies respiratoires etc…

Les cristaux (substances avec une forme structurée, coupante et dure). Ils peuvent de par leur nature provoquer des lésions et engendrer une réaction inflammatoire. D’origine protidique (acide urique, urée, créatinine, acide oxalique…) et lipidique (acide acétylacétique…) et glucidique (acide lactique et acide pyruvique…) mais aussi minérale (souffre, chlore…)

Les toxiques exogènes :  

Les toxiques quant à eux sont exogènes (venant de l’extérieur de l’organisme), on les nomment également les xénobiotiques. Ce sont des substances toxiques auxquelles notre organisme est exposé et qui se retrouvent en lui par voies digestive, respiratoire ou cutanée. 

Comme par exemple : Métaux lourds, polluants, additifs, colorants, pesticides, médicaments, tabac, alcool, drogues, composants cosmétiques, acides gras trans…et la liste est longue, très longue…

Ces déchets ne devraient pas se trouver dans notre organisme et vont nuire au bon fonctionnement de nos cellules, ils vont entre autre induire une augmentation de production de radicaux libres et des réactions d’oxydation dans l’organisme; ils vont être responsables de réactions inflammatoires en se déposants sur certains tissus, dégrader les membranes de nos cellules perturbant ainsi leur assimilation des nutriments et l’élimination de ces derniers, ralentir le métabolisme etc…

Les Déchets 

Lorsque l’on parle de déchets à éliminer on parle bien entendu de ces deux types de déchets (toxines et toxiques) dont notre organisme doit absolument se débarrasser pour garder un fonctionnement optimal.

Ces déchets peuvent être circulants ou incrustés .

Déchets circulants :  ce sont les déchets qui se trouvent dans les régions de l’organisme où le sang circule facilement. Ils sont en mouvement en attendant leur traitement et leur évacuation par l’un des organes d’élimination lors du processus de détoxification naturelle (à condition que ce dernier ne soit pas dysfonctionnel ou encombré).

Déchets incrustés :  ce sont les déchets qui ont passé la barrière de la circulation sanguine et sont maintenant dans les régions de l’organisme auxquelles le sang n’a pas d’accès direct . Ils sont incrustés dans les tissus graisseux ou dans la lymphe (cette dernière n’ayant pas de circulation propre on peut parler ici d’immobilité même si ce n’est pas complètement le cas).

Pour que ces déchets incrustés soient délogés et remonte à la surface (d’abord dans la lymphe puis vers le réseau sanguin) pour être ensuite éliminés par les organes d’élimination, il faut logiquement que ces derniers soit libérés des déchets circulants (on ne commence pas l’évacuation d’une pièce encombrée par les meubles du fond !!!)

Les Émonctoires

Bien sûr on ne peut pas parler de détox sans parler d’émonctoires.

Les émonctoires sont les organes d’éliminations de l’organisme que nous venons d’évoquer, ce sont de véritables stations d’épuration qui vont travailler sans relâche à filtrer et éliminer de tous ces déchets.

Ils sont au nombre de 5 et jouent chacun un rôle important dans la détox naturelle de notre organisme : ce sont le foie, les intestins, les reins, la peau et les poumons.

Ce sont eux qui prennent en charge (avec chacun leur spécificité) l’élimination des toxines endogènes (colles et cristaux) et toxiques exogènes (xénobiotoques).

Ils vont tous avoir un rôle important à jouer et vont travailler de concert.

Lorsqu’un émonctoire devient incapable de réaliser son travail d’élimination, les déchets sont dérivés vers un autre, ce sont les transferts morbides…!

L’émonctoire intestinal (L’intestin grêle et le côlon): 

L’intestin grêle a pour mission de dissocier le bol alimentaire en particules assimilables à l’aide de sécrétions.

Après cette phase de digestion, les substances nutritives quittent l’intestin pour pénétrer dans le flux sanguin, elles vont alors au foie qui les redistribuera après transformation.

Les grosses molécules et les résidus toxiques restent dans l’intestin et seront évacués vers le côlon, néanmoins la muqueuse intestinale, si elle est altérée, laissera passer dans le sang de nombreuses toxines.

Dans le côlon (gros intestin) les résidus non assimilables et inutilisables poursuivent leur chemin pour être évacués via les selles quotidiennement.

L’émonctoire hépatique et biliaire (Le foie et les voies biliaires) : 

Le foie joue un rôle majeur dans le processus d’élimination des déchets mais pas seulement,  il a une place centrale dans l’organisme et sa santé est primordiale.

Entre autre, il a pour mission de détruire les virus, les microbes, de neutraliser les toxines, n’inactiver les substances toxiques, d’extraire du sang les déchets du métabolisme cellulaire etc…

Le rôle de la voie biliaire est la digestion des corps gras. Si l’écoulement de la bile ne se fait pas bien il y a alors un risque de formation de calculs biliaires. Si le foie et la vésicule biliaire ne travaillent pas bien il y a alors un risque de troubles digestifs, d’intolérances alimentaires, de migraines etc…

L’émonctoire rénal (Les reins) : 

Les reins vont filtrer le sang et l’urine en sera le produit. Elle contient environ 95% d’eau et le reste est composé de déchets organiques tels que l’urée, acide urique, les sels minéraux etc…)

Ces déchets devront être éliminés quotidiennement. 

L’émonctoire cutané (La peau) : 

Organe de protection, la peau a plusieurs rôles à tenir comme la thermorégulation, la sécrétion et l’excrétion. Elle a également une fonction sensoriel. Elle comprend deux sortes de glandes : les glandes sudoripares qui interviennent dans le mécanisme d’élimination et les glandes sébacées qui sécrètent le sérum qui sert à la lubrifier. Si l’odeur de la sudation est forte c’est que les déchets s’évacuent mais que l’équilibre entre la production des toxines et leur élimination est rompu, de même lorsque l’élimination des toxines dépasse la capacité des glandes sudoripares, il peut y avoir eczéma, urticaire ou boutons.

L’émonctoire pulmonaire (Les poumons) : 

Les voies respiratoires peuvent être utilisées comme “sortie de secours” lorsque les émonctoires principaux (foie, intestins, reins) n’arrivent plus à épurer le sang. Les déchets en s’accumulant dans les voies respiratoires sont responsables de maladies (respiratoires) et seront ainsi le nid idéal pour les maladies virales et bactériennes.

Le système lymphatique : 

Ce système ne fait pas partie des émonctoires mais c’est une voie d’élimination très importante. Comme nous l’avons abordé plus tôt, les déchets en circulant sont dans les zones ou la circulation sanguine est disponible et ils sont en attente d’être éliminés par l’un des émonctoires. En revanche les déchets incrustés eux se trouvent dans les tissus graisseux ou dans la lymphe. Cette dernière est doté de petites stations de filtrage, les ganglions lymphatiques (cou, aisselles et aines). La lymphe n’ayant pas de mouvement propre la circulation y est lente. Son épuration peut avoir lieu grâce aux drainages lymphatiques (pratiques manuelles), au massage des zones réflexes des pieds ou encore grâce au jeune sec si l’on sait le mener à bien.

Comment savoir si vous avez besoin d’une détox ?

(ces indications non pas valeur de diagnostique car ces signes peuvent être dus à d’autres facteurs, ces informations ne remplaçant en rien l’avis d’un spécialiste, elles sont juste des indicateurs)

Seul il n’est pas toujours simple de savoir si l’on a besoin d’une cure de détoxification mais voici quand même quelques signes qui peuvent vous permettre de vous éclairer : 

  • Vous digérez mal, trop lentement, vous avez des gaz et des ballonnements
  • Vos selles et vos urines ont une odeur très forte, plus forte qu’à leur habitude
  • Vous avez des problèmes de constipation ou à l’inverse des selles très molles
  • Vous vous sentez souvent nauséeux
  • Votre langue est de couleur blanchâtre ou jaunâtre et votre haleine est malodorante
  • Vous êtes fatigués en permanence même après une bonne nuit de sommeil
  • Vous avez la sensation d’être dans un brouillard intellectuel
  • Votre peau n’est pas au top, boutons, sensibilité, allergies
  • Vous avez souvent mal à la tête
  • Lorsque que vous tombez malade (virus ou microbes) votre état s’éternise avant la guérison
  • Vous montrez des signes d’hypersensibilité au produits ménager, chimiques, cosmétiques

Les secrets d’une détox réussie.

A l’ère du stress, de la pollution et de la malbouffe, notre organisme à trop souvent besoin d’un coup de pouce pour l’aider dans son processus naturel d’élimination des toxines (toxines endogènes et toxiques exogènes ou xénobiotiques). La cure détox va être le moyen que vous allez pouvoir utiliser pour l’aider à se débarrasser de ses déchets encombrants, et ainsi lui permettre un fonctionnement optimal et de ce fait lui garantir une meilleure santé.

Il existe bon nombre de programme détox, comme les monodiets, les différents type de jeunes, les drainages etc…,qui sont tous de bons le programmes pour entretenir le  fonctionnement de votre organisme.

Néanmoins il est parfois nécessaire d’opter pour un programme de détoxification complet qui vous permettra une sorte de “reset”, de “grand nettoyage de printemps” et c’est de ce type de détox là qu’il s’agit ici.

Tout d’abord il est important d’avoir à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’une course à accomplir, il est important de procéder par étape et en douceur. Particulièrement lorsqu’il s’agit des toxiques. Ces substances sont souvent stockées en grand nombre dans nos organismes et une remontée massive de ces substances à la surface peut et va probablement déclencher des désagréments (crises curatives ou crises de nettoyage), plus votre organisme est intoxiqué et vous irez vite et plus elles seront fortes (maux de tête, nausée, vertiges). Procédez donc en douceur et par étapes et n’hésitez pas en cas de doute à vous faire accompagner.

I-  STOP aux sources d’intoxications 

Même si cela va de soit il est important de le rappeler ici, on ne commence pas une cure détox sans avoir stopper les sources d’intoxication au préalable.

Cela semble évidant et simple mais c’est hélas loin de l’être. Il vous faut pour cela : 

Passer à une alimentation hypotonique : Stoppez toute alimentation industrielle, préparez vous même vos repas avec des produits frais et biologiques pour mettre à l’arrêt les apports toxiques tels que les additifs, les colorants les conservateurs, les pesticides etc…

Manger : 

  • Des légumes qui seront pour vous une aide-détox hors pair car ils sont peu caloriques, riches en vitamines et minéraux, très faciles à digérer, riches en fibres et en eau ce qui très utiles en cette période de détox.
  • Des fruits, riches en vitamines, en eau, et très plaisants, ce qui aide à tenir la détox.
  • Des céréales complètes et des légumineuses en quantité limitée
  • Des soupes chaudes en période froide
  • Des soupes froides et des jus de légumes fraichement réalisés en période chaude
  • Des volailles maigre (poulet, dinde)
  • Des poissons non contaminés (cabillaud, colin d’Alaska, saumon du Pacifique, maquereau, sardines) mais pas de thon d’espadon de lotte de raie.
  • Des fruits de mer non contaminés (moules, couteaux, bigorneaux) mais pas d’huitres ni de crabes.
  • Limiter les apports en viande, maximum 2 portions par semaine
  • Des oeufs bio

Boire :

  • De l’eau sous toutes ses formes
  • Des tisanes et des infusions
  • Des jus de fruits frais
  • Des smoothies (au lait végétaux si besoin, pas de lait animal)

Prendre soin de votre stress 

  • On se chouchoute, on se relaxe, on s’octroie du temps pour souffler.
  • On pratique la respiration complète idéale pour masser en profondeur vos organes.
  • On s’aère au grand air pur.

Opérer une détox numérique 

Pour le temps de la cure,  alléger votre utilisation numérique (téléphone wi-fi écrans en tous genres)

Il est bon de se fixer des règles même temporaires, pour en limiter leur utilisation au strict minimum.

Bouger 

Toutes les sources d’activité physiques sont intéressantes à mettre en place durant une détox. Elles vont aider à la circulation sanguine et lymphatique ce qui en fera des alliées détox. Elles vont aussi aider à l’élimination par la sudation, elles vont également être une aide précieuse pour l’activation du transit.

On ne mange pas et ne boit pas : 

  • La nourriture industrielle 
  • La charcuterie
  • La viande et poissons grass
  • Les fritures en tout genre (frites, nuggets, chips etc…)
  • Le sucre raffiné sous toutes ses formes (sucrerie, gâteaux, pâtisserie viennoiserie, jus industriel etc…)
  • Le fromage
  • Le lait
  • Les céréales rafinées (pains, farines etc…)

B- LA DÉTOXIFICATION

Le foie joue un rôle central dans notre organisme et particulièrement dans le processus de détoxification tant des toxines que des toxiques. C’est pour cette raison que la cure de détixification hépatique est une cure centrale. Elle se déroule en 3 phases toutes essentielles et doit être conduite dans l’ordre pour être parfaitement efficace. 

  1. phase de transformation (ou solubilisation)
  2. phase de neutralisation (ou conjugaison)
  3. phase d’élimination (via selles urines et sudation)

Je vous propose de la découvrir en détail dans cette “Naruto-Note” qui y est consacrée

 

 

C- LA REVITALISATION

Enfin, après un programme de détoxication il est fortement recommandé de revitaliser son organisme.

Il vient d’être nettoyé en profondeur, c’est le moment de lui permettre de refaire le plein.

Cette cure est importante et elle fera l’objet très prochainement d’un nouvel article 🙂 !

Je pense que maintenant vous êtes fin prêtes (prêts) à passer à l’action, encore une fois privilégiez la douceur et n’hésitez pas  vous faire accompagner.

 

Bonne détox !!

 

 

(Visited 60 times, 1 visits today)